Comprendre l'arrêt cardiaque

Rythme sinusal Fibrillation 3 minutes pour agir

Le cœur est l'organe qui assure le transport du sang. Il est primordial car il distribue aux organes un sang chargé d'éléments vitaux comme le glucose (qui apporte l'énergie) et l'oxygène (qui participe à l'extraction de cette énergie). Si cette pompe s'arrête, les organes ne peuvent plus assurer leurs fonctions. La mort peut survenir en moins de 10 minutes. Le cœur est composé de tissu musculaire ayant une activité mécanique et de tissu cardionecteur ayant une activité électrique.


formation DAE


formation DAE

Le cœur : une pompe à 4 cavités

Au total, le cœur éjecte 5 litres de sang par minute. Pour schématiser, on peut dire qu'il est composé de deux pompes montées en série. Une moitié du cœur expulse le sang vers les poumons, l'autre moitié vers le reste du corps. Chaque moitié (hémicœur) est composée d'oreillettes et de ventricules. Les oreillettes (situées en partie haute) ont pour rôle d'aider au remplissage des ventricules (partie basse). Les ventricules éjectent le sang hors du cœur.


formation DAE


Une activité électrique qui régule les contractions

Nous avons vu qu'un tissu cardionecteur régule le rythme cardiaque. En effet, pour que la pompe fonctionne, oreillettes et ventricules doivent se contracter dans un ordre précis. C'est une région de ce tissu, le nœud sinusal (tache jaune en haut à gauche du schéma), qui donne le tempo. Cette région propage une activité électrique que l'on appelle dépolarisation. La dépolarisation entraine la contraction. On voit sur le tracé ECG que la dépolarisation (et donc la contraction) des oreillettes forme une onde appelé "P" et celle des ventricules le complexe appelé "QRS". Cette forme est caractéristique d'un rythme normal dit "sinusal".


formation DAE


La fibrillation ventriculaire : une anomalie électrique du cœur

La fibrillation ventriculaire

Pour plusieurs raisons, il peut arriver que cette activité électrique ne soit plus synchronisée. C'est le cas dans ce que l'on appelle la fibrillation ventriculaire. Dans ce cas, le rythme n'est plus sinusal et les ventricules se contractent mal et au mauvais moment. Le cœur a bien une activité contractile mais elle est inefficace, c'est l'arrêt cardio-respiratoire, le sang ne circule plus. Face à un cas de ce type, il est possible d'agir. La priorité est d'assurer le rôle de pompe en pratiquant une réanimation cardio-pulmonaire (massage cardiaque).


La fibrillation ventriculaire : une anomalie électrique du cœur



Défibriller pour rétablir le rythme sinusal

Le défibrillateur est un dispositif médical qui délivre à la victime une onde électrique ayant pour effet de dépolariser toutes les cellules. L'objectif est qu'une fois toutes dépolarisées elles reprennent un rythme sinusal et qu'ainsi, les différentes cavités se contractent dans l'ordre normal redonnant au cœur son rôle de pompe.


Délivrer un choc dans les 3 minutes peut sauver la victime



L'infarctus :
une cause d'arrêt cardiaque mais pas la seule

L'infarctus du myocarde

Le terme infarctus du myocarde est très répandu. Il est en effet une des causes d'arrêt cardiaque, mais il y en a d'autres. L'infarctus est causé par la formation d'un caillot qui bouche les artères coronaires. Ces artères sont celles qui irriguent le cœur pour lui apporter les éléments nécessaires à son fonctionnement. En effet, comme tous les autres muscles ou organes, il a lui aussi besoin d'énergie pour fonctionner. Si l'apport sanguin est diminué ou interrompu, le cœur souffre et peut s'arrêter.


L'infarctus :
une cause d'arrêt cardiaque mais pas la seule